• Il y a quelques temps déjà, la friteuse de ma môman s'est révoltée. Lassée d'être prise pour un sac d'huile, elle a généreusement recouvert table et carrelage d'une épaisse couche d'huile de tournesol. Youpi.

    Bref, la colère passée et les frites mangées (ben oui, c'est pas parce que madame fait un caca nerveux qu'on va arrêter de vivre !), le moment de tout nettoyer est venu...

    Par quel bout commencer ? mystère... Mais fort heureusement, je n'avais pas encore vidé le cendrier de la cuisinière à bois, au grand damne de la cuisinière en chaire !!

    Voici donc la solution miraculeuse, expliquée et illustrée par de magnifiques photos prisent par ma talentueuse mamounette adorée. Bande de petits veinards, va !

     

    Le Dégraiscendre© 


    Engrais, savon, lessive, la cendre est connue pour ses propriétés plutôt sympas et écolos.

    Face à une tâche grasse, la cendre permet d'absorber et de dégraisser la surface souillée.

    Afin de vous convaincre, laissez moi vous présenter la friteuse rebelle : 

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Le carrelage était bien imbibé, et contrairement à ce que montre la photo, la table était noyée. Bref, j'ai rapidement recouvert le tout de cendres de bois.

    Je laisse la cendre absorber l'huile du carrelage tandis que je m'occupe de celle sur la table.

    • Etape 1, je recouvre : 

            

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Soyez généreux. Il ne s'agit d'attendre que la graisse transperce la cendre, il faut vraiment qu'il y ait un matelas. Deux raisons à cela : premièrement, pour être sûr que TOUTE l'huile sera absorbée, et deuxièmement, parce que même si toute l'huile est absorbée avec peu de cendre, au moment où vous allez ramasser, ça va coller. Donc le surplus de cendre permettra d'éviter ce genre de désagrément.

     

    • Etape 2, je ramasse :

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Avec un sopalin ou avec la main, voyez la méthode que vous préférez. Perso, j'ai toujours aimé mettre les mains dans la cendre : c'est tout doux. Le but ici est de ramasser le plus de cendre grasse possible, et de la réunir en un tas bien soigné que vous pourrez ensuite jeter. comme vous pouvez le voir sur la photo 3, ma main n'est pas si grasse que ça, et c'est grâce à mon bon gros matelas de cendre ! L'intérêt est le même quand on ramasse au sopalin : si vous ne voulez pas en utiliser des tonnes, il vaux mieux éviter qu'il ne devienne trop gras dès la première utilisation : donc beaucoup de cendre ;)

     

    • Etape 3 : je nettoie

     

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Pour le final, nettoyez la surface avec une éponge, une lingette, votre langue, bref ce que vous voulez, il faut que ça brille !

     

     

    Mais, me direz-vous, et le carrelage dans tout ça ? Et bien le carrelage, il est entièrement recouvert de cendres depuis l'étape 1.

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Et maintenant, à l'instar de la table, il faut l'astiquer. Donc pour commencer, les joints. A la maison, on a la manie de conserver les brosses à dents usagées pour le ménage. C'est idéal pour frotter les joints car c'est généralement pile-poil la bonne taille. A vous de voir quel ustensile aura votre préférence.

    Ensuite, il suffit de nettoyer le sol, et finir en balayant la cendre. Un coup d'éponge, de lingette, de langue, et c'est plié.

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Bon, ne soyez pas surpris si vos joints sont un peu plus foncés là où l'huile a coulé. Les joints étant poreux, ils absorbent la matière grasse très vite. Pour vous donner un exemple, la friteuse a fuit en mai. Au moment où j'écris l'article (en septembre donc), la démarcation est toujours visible.

     

    BREF ! Voici comment recycler vos vielles cendres de cheminée et ainsi éviter tous les produits dégraissants plutôt chers et agressifs. 

     

    Le Dégraiscendre©, l'essayer c'est l'adopter !

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !  

     

                                                  Retour à la rubrique               Les protections périodiques                                                                                                 sans plastique >>  


    4 commentaires
  • Acheter les yaourts du commerce, c'est facile. Les faire soi-même, c'est marrant (et meilleur). Mais quels intérêts de faire ses yaourts soi-même ?

    1. C'est écolo
    2. C'est moins cher
    3. C'est meilleur
    4. On contrôle tous les ingrédients (ou presque)

     

    1. C'est écolo

    Yaourts du commerce Yaourts fait maison
    Transport 0 : le lait dans l'usine ---

    Energie considérable pour fabriquer les yaourts, intégrer les conservateurs, additifs, gélifiants, édulcorants, épaississants, etc.

    ---
    Plastique du pot Pot en verre réutilisable à l'infini
    Papier encré et collé autour du pot Pas de papier encré et collé
    Sur-emballage en carton encré et collé Pas de sur-emballage
    Transport 1 : chez le grossiste Transport 1 : lait et yaourt (ferments lactiques) chez le grossiste
    Transport 2 : chez le distributeur Transport 2 : lait et yaourt (ferments lactiques) chez le distributeur
    Transport 3 : chez vous Transport 3 : chez vous

    Pour un peu que vous alliez chercher votre lait à la ferme, en marchant, et qu'il vous reste un yaourt du commerce dans le frigo (Bio c'est mieux), vous pouvez supprimer les transports 1 et 2 de la colonne "Yaourts fait maison".

     

        2.  C'est moins cher

    Sur ce site, une nutritionniste à fait les comptes. Finalement, le yaourt maison coûte moins cher, ce qui, au regard du tableau ci-dessus s'explique très bien : moins de manutention au préalable signifie moins de main d'œuvre, d'énergie, d'équipements, de structures de stockage, et donc moins de frais à répercuter sur les prix. Sans compter les marges de bénéfice de chaque protagoniste.

     

       3.  C'est meilleur

    Il faut quand même s'avouer une chose : le goût d'un yaourt maison est inégalable. Doux, onctueux, fait selon vos goûts personnels. Il ne peut pas y avoir meilleur. Le tester, c'est l'adopter !

     

        4.  On contrôle tous les ingrédients (ou presque)

    L'avantage quand on fait soi-même, c'est que l'on peut choisir ce que l'on met, ou pas, dans la recette.

    Certains yaourts du commerce contiennent des conservateurs (paraben ?), des épaississants, de la gélatine (de porc), des édulcorants, des additifs, des arômes pas toujours naturels, de la poudre de lait, etc.

    Les yaourts fait maison, on y met du lait entier, un yaourt ou des ferments lactiques (disponibles en pharmacie), du sucre, du chocolat, du café soluble, des fruits, du sirop, bref tout ce qui vous inspire pour faire de délicieux yaourts aromatisés.

    Certains aiment rajouter de la poudre de lait. Parait-il que cela donne un goût au yaoûrt et lui fait gagner en fermeté. Pour ma part, si je fais mes yaourts c'est pas pour y mettre les mêmes choses que les industriels. 

     

    Enfin bref, venons en aux faits... Dernièrement, je me promenais dans le rayon électroménager de mon supermarché (imaginez mon périple...), quand je vis le prix d'une yaourtière... 100€ ! A ce prix là, vous les savourez vos yaourts !!

    Or donc, j'ai décidé de me prendre par la main (si si, ça arrive) et de chercher comment faire des yaourts sans la fameuse yaourtière hors de prix... il ne m'a pas fallut longtemps pour avoir la réponse, et je vous transmets donc le fruit de mes recherches.

     

    Figurez-vous que vous pouvez les faire grâce à... un plat ! mais également un four ou une cocotte minute.

    • Préparation de base pour faire sans yaourtière

    Faîtes bouillir du lait, rajoutez vos ferments lactiques (yaourt du commerce), puis versez dans vos contenants. Attention à ne pas cuire les ferments, cela les détruirait. 

    Retrouvez tous les détails de la recette ici ! 

     

    • A la cocotte minute

    Le principe de la cocotte minute est de créer un environnement humide et chaud. Bref, la forêt amazonienne serait parfaite pour faire un yaourt géant.

    En gros, mettez un fond d'eau dans la marmite et portez la à 45°. Placez vos pots dans le récipient et fermez en le couvercle pendant environ 5 heures, le tout dans une pièce chaude.

    Retrouver les détails de cette méthode, ainsi que d'autres sur ce site !

     

    • Au plat

    Cette méthode est réservée aux périodes estivales. En effet, c'est grâce à la chaleur du soleil que vos yaourts prendront. Tadaaaaaaa !!! (bon je n'ai pas testé, mais pourquoi pas essayer ? En plus, il commence à faire chaud...)

    Vous mettez donc un fond d'eau chaude (45°), puis vous ajoutez les pots pleins, et enfin vous fermez le plat avec un couvercle. En 4 heures, les yaourts sont fermes.

    Retrouver les détails de cette méthode ici et là pour la version originale !

     

    Alors, bon je vous l'avoue, je n'ai testé aucune de ces méthodes ! Mais cela ne tardera pas !!!

    Alors je vous donne rendez-vous dans la section "J'ai Testé..." pour la suite des aventures !!

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

    <<Aroma Nature                                     Retour à la rubrique                                     


    2 commentaires
  • Depuis plusieurs années, les parabens défraient la chronique. Accusés de tous les maux, les laboratoires de cosmétiques tentent de plus en plus de nous vendre des produits sains : des produits "sans paraben".

    Savez-vous ce que sont ces substances ? Savez-vous où les parabens croisent notre chemin ? Le point dans les lignes qui suivent...

    Les parabens sont des conservateurs d'origine synthétique, mais dont les molécules de base "sont naturellement présents dans de nombreux fruits et légumes." C'est donc à la chimie que l'on doit ce produit. Particulièrement efficaces, les parabens permettent de lutter contre les champignons et autres bactéries qui envahiraient très rapidement nos produits à base d'eau (autant dire la quasi totalité de nos cosmétiques).

    Les parabens ont été introduits dans les cosmétiques afin de remplacer une autre substance dont la nocivité a elle été avérée : le formaldéhyde (toujours présent notamment dans le vernis à ongle, il est également utilisé dans les textiles et l'ameublement).

    On rencontre habituellement les parabens dans les cosmétiques, mais il est à mon avis important de souligner leur présence dans les denrées alimentaires et les médicaments. Je parie que ça vous étonne ? Toujours utilisés comme conservateurs, on les retrouve dans le fromage, les gâteaux, les plats préparés, le jambon. Bref tous les produits transformés. Oui, oui, le jambon bien rose que vous achetez est un produit transformé : si vous achetiez un "vrai" jambon, vous verriez qu'il n'y a pas que de la viande, il y a aussi de la gélatine, du gras qui forment des "trous" dans le jambon. Ce que vous achetez par plaque est un jambon reconstitué et coloré, spécialement pour plaire au consommateur. Pardon, au consommacteur...

    Concernant vos médicaments, sachez que même ceux vendus sans ordonnance sont susceptibles de contenir des parabens (l'ibuprophène par exemple). Les autorités de santé n'ont pas nié leur présence, mais en revanche ils restent sur leur position, à savoir que ce n'est pas dangereux. En effet, selon cet article du Figaro, si l'on compare le pourcentage de bénéfices et le pourcentage de risques, l'utilisation des parabens dans nos médicaments n'est pas si tragique.

    Pourtant, une étude (voici un lien pour télécharger l'article scientifique rapportant les hypothèses de recherches, la méthodologie utilisée ainsi que les résultats) publiée dans le Journal of Applied Toxicology indique que des parabens intacts ont été retrouvés dans une poitrine humaine, lors de la dissection d'une tumeur d'un cancer du sein...

    L'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) publie suite à cela que la méthodologie de l'étude étant particulièrement discutable, les résultats et conclusions ne seront pas pris au pied de la lettre. Pour autant, l'avertissement a été considéré, et des études ont par la suite été mises en place. Il en ressort que finalement, les parabens ne présentent aucun, je cite, "risque immédiat sur la santé".

    Par ailleurs, la probabilité que les parabens soient cancérigènes demeure faible au vu des travaux menés. En revanche, des études menées sur l'animal montrent la diminution de la fertilité masculine...

    Finalement, cette agence a publié une liste (non exhaustive ?) de 400 médicaments contenant des parabens, et en a ciblé 306 parce qu'ils contiennent du propylparaben, qui, pour la petite histoire, est "suspecté de présenter un risque pour la fertilité".

    Je vous mets le lien pour télécharger la fameuse liste qui a été présentée avec tellement de soin qu'on se retrouve avec 10 longues pages imbuvables de noms infâmes qui s'enchaînent les uns à la suite des autres.

     

    Un texte de loi visant à interdire entre autre les produits contenant des parabens a commencé à voir le jour en 2010, mais étrangement depuis le 3 mai 2011, la première lecture n'est toujours pas terminée...

    Je trouve intéressant de lire ceci sur le site de l'Assemblée Nationale : "Les parabènes sont suspectés de provoquer chez les femmes des cancers du sein et d’être néfastes à la fertilité masculine. Des expériences ont en effet montré qu’à long terme les parabènes perturbent le système endocrinien, notamment les hormones sexuelles." (version pdf du texte)

    Finalement, les lobbys pharmaceutiques et cosmétiques (l€s "sous-sous" €n d'autr€s t€rm€s) doivent peser plus lourds que la santé des Français... 

     

    Enfin j'aimerai finir en vous rappelant que les parabens sont des ninjas. Et en bon guerriers de l'Ombre, ils savent se dissimuler. Voici donc quelques uns de leurs noms les plus courants, sachant que la liste n'est bien sûre pas exhaustive :

    • tous ce qui termine par -zoate

     

    Noms scientifiques Nom INCI de l'ester* Noms INCI de ses sels
    Paraoxybenzoate de méthyle Methylparaben (E218) Sodium Methylparaben (E219)
    Paraoxybenzoate d’éthyle Ethylparaben (E214) Sodium Ethylparaben (E215)
    Paraoxybenzoate de propyle Propylparaben (E216) Sodium Propylparaben (E217)
     Paraoxybenzoate d’isopropyle Isopropylparaben -
     Paraoxybenzoate de butyle Butylparaben -
     Paraoxybenzoate d’isobutyle Isobutylparaben -

    *"chimiquement parlant, les parabens sont des esters"

    source tableau : consoglobe 

    • LISTE NON EXHAUSTIVE !!

     

    Voilà. Maintenant vous en savez déjà plus sur les parabens, et vous voyez que finalement, quand le gouvernement a une intention pure, elle est rapidement polluée par le lobbying. Et juste pour information, une association française existe et défend le lobbying. Cette association est bien antérieure à 2010, juste comme ça...

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !  

     

    << Lire une étiquette cosmétique               Retour à la rubrique               Le formaldéhyde >>                                                                                                            écaillons le vernis !


    votre commentaire
  • Avez-vous déjà lu les composants de vos produits ? Savez-vous ce que contient votre crème de jour fétiche ? Votre lait hydratant adoré ? Bien sûr, vous avez sûrement pris la peine d'y regarder. Une fois. Et puis plus jamais. Mais pourquoi ?

    Comment ???? Vous ne comprenez pas la moitié de ce qui est écrit ? Vous ne savez pas ce que sont les Sodium-Lauryl-Sulfate ? Rooooh... C'est pôôô bien...

    Mais rassurez-vous, je vais vous en apprendre de belles !

    Déjà sachez mesdames que les ingrédients de vos cosmétiques sont classés par ordre d'importance. Houla, j'entends le crissement de vos sourcils qui froncent... 

    Le composant le plus présent dans votre produit se trouve tout au début de la liste. Celui qui est en quantité "infime" est tout à la fin. Tout ce beau monde est rangé par ordre décroissant.

    C'est ce que l'on appelle la "Nomenclature INCI". Cette nomenclature impose également que les ingrédients soient inscrits dans une langue internationale ou scientifique, entendez par là l'anglais et le latin. LATIN ??? Oh noooon... Pourquoi j'ai pas pris l'option en cinquièèèème... AHAAAH !! Ben moi je l'ai fait (merci maman), et du coup, je comprends les choses. Faut dire que ça reste quand même très transparent.

    Bref... Je suis sûre que nous avons toutes les mêmes stratégies une fois devant l'interminable rayon de la mort qui tue : celui des cosmétiques... Premier objectif, cibler la marque tant convoitée. Deuxièmement, le type de produit (lait, crème, gel...). En trois, se frayer un chemin jusque devant l'étalage. Et enfin... chercher celui qui nous plaira le plus. Au pamplemousse, au concombre, au beurre de karité ou à l'huile de jojoba, les produits affichent tous des étiquettes colorées et attractives vantant les milles et un méritent de leur contenu. Parmi cette foule de choix, on ouvre les flacons et on laisse nos délicates narines frétillantes se risquer au dessus des trous parfumés. C'est finalement le produit qui sentira le meilleur qui sera l'élu. The one. 

    Choisir un produit pour son odeur et sa soi-disant action, c'est bien gentil, mais encore faut-il savoir ce qui est actif...

    Ce site répertorie les principales informations pratiques pour lire une étiquette. Et pour le fun, j'ai décidé de décrypter avec vous l'étiquette de l'un de mes produits préférés...

    Je vais délibérément taire la marque. Les lignes qui vont suivre lui feraient mauvaise presse, et je n'ai pas envie que ça me retombe dessus. Sachez juste que c'est une célèbre marque qui fait entre autres des shampooings "fruités" (avec ça si vous ne voyez pas...).

    Lire une étiquette cosmétique - Secrets de fabrication

    Observez bien la face avant du produit, j'y reviendrait dans un moment...

     

    Lire une étiquette cosmétique - Secrets de fabrication

    Et voici les ingrédients du fameux gel purifiant.

     

    Bien ! Je vais reprendre les catégories du site que je vous ai déjà fourni pour analyser les composants de mon merveilleux produit.

    "Les noms en latin : les ingrédients ayant leur nom écrit en latin sont les produits naturels. L'eau (Aqua), les huiles essentielles, ou encore les composants végétaux (Algae = algues, Avena Sativa=avoine ou encore Rosa=rose) sont donc pour vous !"

    Nous avons donc... Aqua (eau), citrus grandis extract (extrait de pamplemousse), eucalyptus globulus extract (extrait d'eucalyptus), punica granatum extract (extrait de grenadier). Vous trouverez ces trois derniers composants aux lignes 4, 5 et 7 de l'étiquette (et si vous êtes observateur vous verrez que ce sont les derniers ingrédients, ou presque).

    "Les parabens : ce sont des conservateurs chimiques qui permettent à votre produit de durer plus longtemps. Ils sont facilement reconnaissables par leur nom finissant par -paraben, comme Methylparaben, Ethylparaben, Butylparaben et Propylparaben. Vous pouvez aussi les retrouver sous leur forme déguisée par les mots finissant par -zoate comme parahydroxybenzoate d’éthyle. Les parabens sont responsables de nombreuses allergies et sont suspectés de favoriser certains cancers."

    Je vous renvoie à la première photo. Il est écrit noir sur orange "SANS PARABEN". Regardons de plus près les composants... Effectivement, il n'y a pas de -paraben. Du moins pour les consomatrices non averties. Car si on est attentif, il y a du "sodium benzoate". Sans paraben, hein ? Pas tant que ça finalement... Il y a pourtant des alternatives aux parabens... On continue ?

     

    "Les Sodium-Laureth-Sulfate et Sodium-Lauryl-Sulfate (SLS) : utilisés pour leurs effets moussants dans les shampoings et gels douche, ils sont souvent la cause d'allergies et d'irritations. Ils sont aussi appelés ALS."

    Nous avons donc... sodium laureth sulfate (ligne 2)... Bien, bien, bien...

     

    "Les Polyéthylènes Glycols (PEG) et Propylènes Glycols (PPG) : ce sont des conservateurs dérivés de la pétrochimie, soit du pétrole. On les retrouve sous leur appellation d'origine, mais aussi par tous les noms commençant par Propylène-."

    ligne 1 : propylène glycol.

     

    "Les huiles minérales et la paraffine : dérivées encore une fois de la pétrochimie, elles peuvent boucher les pores et favoriser l'apparition de boutons. Retrouvez la paraffine sous la dénomination ISOparaffin, tous les noms constitués de Paraffinum et les huiles minérales sous l'appelation Mineral Oils."

    Et bien... Une saleté en moins... Ca fait pas de mal...

     

    "Les Silicones : peu biodégradables, ils bouchent également les pores. Incorporés dans votre shampoing, il n'aura qu'une action lissante sur vos cheveux. Si vous ne les trouvez pas sous leur nom Silicone, vous pourrez sans doute les démasquer sous les termes dimethicome, cetyl dimenthicone copoyol, phenyl trimethicone, stearyl dimenthicone, cyclomethicone et les noms finissant par -one, -cone ou -xane."

    Là non plus, on ne trouve rien.

     

    "Les Phtalates : c'est un ensemble de produits chimiques, constitué de : Phtalate de Dibutyle (DBP), Di-ethylhexyl phtalate (DEHP), Di-Octyl Phthalate (DOP), Di-isononyl-phtalate (DINP), Phtalate diisodécylique ou Di-Iso-Décyl-Phtalate (DIDP), Butyl benzyl phtalate ou benzyl butyl phtalate (BBP)."

    Pas de phtalates non plus. Sachez tout de même que les phtalates entrent dans la composition des parfums...

     

    "Le Formaldehyde : conservateur chimique, le formaldehyde est un ensemble d'ingrédients chimiques potentiellement cancérigènes : diazolidinyl urea, DMDM hydantoin, imidazolidinyl urea, quaternium-15, 2-bromo-2-nitropropane-1, 3-diol (Bronopol)."


    Je n'en ai pas trouvé dans ce produit.

     

    Juste comme ça, beaucoup de composants restent mystérieux : coco-betaine, ped-120 methyl glucose dioleate, disodium cocoamphodiacetate, sodium chloride, ascorbyl glucoside, benzyl alcohol, CI 15510/orange, CI 17200/red 33, glycerin, limonene, linalool, menthoxypropanediol, salicylic acid, tetrasodium edta, zinc gluconate.

    Pour vous, j'ai patiemment cherché chacun des constituants ci-dessus... J'ai trouvé la plupart de mes réponses sur le site de l'observatoire des cosmétiques. Je reste prudente sur l'objectivité de la source, m' enfin à défaut d'autre chose...

     

    COCO-BETAINE :  en plus d'être un agent nettoyant, cette substance d'origine végétale et synthétique sert également à rendre le produit facile à étaler. Il améliore la qualité de la mousse, la rendant plus onctueuse par exemple. Il évite de rendre vos capillaires électriques et les gardes doux, brillants, souples, faciles à coiffer, etc.

     

    PED-120 METHYL GLUCOSE DIOLEATE : d'origine animale, végétale ou synthétique, ce produit permet des émulsions à partir de l'huile et de l'eau.

     

    DISODIUM COCOAMPHODIACETATE : cf coco-betaine.

     

    SODIUM CHLORIDE : d'origine minérale ou synthétique, ce composant permet entre autres de masquer l'odeur normale du produit. En gros, pour pas que ça pu, on met du sel.

     

    ASCORBYL GLUCOSIDE : antioxydant d'origine végétale ou synthétique.

     

    BENZYL ALCOHOL : Il s'agit d'un conservateur et d'un solvant irritant.

     

    CI 15510/orange : colorant orange

     

    CI17200/red 33 : colorant rouge

     

    GLYCERIN : augmente et maintient l'hydratation de la peau.

     

    LIMONENE : c'est un hydrocarbure permettant de réduire/masquer l'odeur de base d'un produit, ainsi que les odeurs corporelles (désagréables). 

     

    Un petit lien intéressant, à lire jusqu'au bout !

     

    LINALOOL : c'est un alcool qui a les mêmes propriétés que le limonene.

     

    MENTHOXYPROPANEDIOL : et encore un composant pour masquer l'odeur de base du produit que l'on achète.

     

    SALICYLIC ACID : agent antipelliculaire d'origine synthétique, il permet de vous faire la fourrure douce et soyeuse. Antiacnée, il masque également l'odeur de base du produit.

     

    TETRASODIUM EDTA : d'origine synthétique. Et là je cite parce que c'est tout simplement extraordinaire : "Un agent de chélation réagit et forme des complexes avec des ions métalliques susceptibles d'affecter la stabilité et/ou l'aspect des produits cosmétiques. Très utilisé dans les savons car...". Je vous promets, je n'ai pas coupé la phrase. La preuve.

    Lire une étiquette cosmétique - Secrets de fabrication

     

    ZINC GLUCONATE : il s'agit de granions de zinc (oui oui, du zinc) permettant de lutter contre les imperfections de la peau (brillance, boutons, points noirs). (en lien ici)

     

    Et voilà ! Alors, il est pas beau mon merveilleux produit ?

    Sinon, si jamais vous avez envie d'une solution plus naturelle et moins nocive, je vous conseille de lire cet article qui, je l'admets, fait l'éloge d' Aroma Nature.

     

    Et je profite de la fin de cet article pour vous rappeler une petite chose. Je viens de prendre conscience de l'ampleur de la tâche dans laquelle je me suis lancée. Les informations qu'il faut trouver, trier et rendre abordable pour tout le monde. Les sources qu'il faut citer (ou du moins lier), quand on arrive à en trouver de bonnes.

    Faire cet article m'a pris la soirée. Et je ne compte pas la relecture pour traquer les fautes de frappes et d'orthographes.

    Donc le premier que je choppe à copier/coller mon travail sans me demander mon avis, ni même prendre la peine de me citer/lier, je lui casse tous les doigts un à un, puis les bras et les jambes. Je broie, je coupe et je brûle les petits morceaux. Ensuite, je lui ouvre le ventre, j'en sors les viscères, les fais rôtir au feu de bois et les lui fais bouffer par les trous de nez. Toujours envie de piquer mon labeur ?

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

                                             Retour à la rubrique                  Les parabens, quelle aubaine ! >>


    4 commentaires
  • Aroma Nature, c'est un site merveilleux. Vous y trouverez des savons, et autres produits naturels, bios, et avec des étiquettes lisibles et compréhensibles par tous.

    Maîtres Savonniers en Burgaronne, ce petit couple fait des savons à froid. Leur site vous permettra dans savoir plus sur la technique, ainsi que sur les ingrédients utilisés. Une transparence totale,  un accueil chaleureux et des produits de qualité. Faut quand même être difficile pour ne pas apprécier...

    Bref, voici pour vous, des petites photos vous expliquant mon dernier colis. Photos just for... YOUUUUU !!!

     

    Aroma Nature 

    Arrivée du colis tant attendu. Les parfums des savons titillent les narines même au travers du carton.

     

    Aroma Nature

    Et voici la petite photo de classe : tous mes savons réunis. Appréciez la photo... Vous n'imaginez pas le temps et le nombre de prises qu'il m'a fallut pour arriver à ce résultat...

     

    Aroma Nature

    Savon à la lavande... Délicatement parfumé, il est très agréable à utiliser. Idéal pour les peaux atones, fatiguées et sèches. Ingrédients : eau, huiles saponifiées (olive, palme, coco, colza), huile de noyau d'abricot, huiles essentielles de lavande et de lavandin, racine d'orcanette, fleurs de lavande.

    Aroma Nature

    Savon pour bébé... Spécial peau ultra sensible, réactive et allergique. Si le manque de parfum ne vous dérange pas, ce savon est pour vous. Ingrédients : eau, huiles saponifiées (olive, coco, beurre de karité), huile de bourrache. 

     

    Aroma Nature

    Savon Miel - Karité... Très parfumé, idéal pour peau sèche et sensible. Ingrédients : huiles saponifiées (olive, coco, colza, karité), huiles essentielles (ylang-ylang, lavandin, orange douce), cire d'abeille, eau, miel.

     

    Aroma Nature

    A droite, un savon surprise, gracieusement offert par Aroma Nature. A gauche, une demie barre de shampooing Olive - Karité - Carthame. Ingrédients : huiles saponifiées (olive, palme, coc, ricin), beurre de karité, huile de carthame, huiles essentielles de lavande / romarin / tea tree, romarin et orties infusés.

     

    Voici donc, en image, ma dernière commande. Le tout accompagné d'un petit mot gentil.

     

    Pour revenir sur la dernière image, et plus précisément sur la barre de shampooing, voici le mode d'emploi : passez dans vos cheveux mouillés et faites mousser. A la fin du rinçage, appliquez un pichet d'eau avec une cuillère  à soupe de vinaigre de cidre sans rincer de nouveau. Laissez le temps à vos cheveux de s'adapter (quelques shampooings suffisent). Le monde ne s'est pas fait en un jour, la désintox non plus... 

    Je l'utilise depuis un mois. Moi qui n'utilisais pas moins de trois shampooings différents, j'obtiens le même résultat avec juste cette barre. Il vous suffit de la couper en deux (avant utilisation) et de l'utiliser moitié par moitié. Cela fait un mois que j'utilise la même moitié depuis un mois, à raison de deux shampooings par semaine.

    Toujours pas convaincu ? Depuis que je l'utilise : je n'ai plus de problème de pellicules (Aleluya !!), mes cheveux sont incroyablement doux et brillants. J'ai les cheveux bouclés et ils étaient longs quand j'ai commencé à m'en servir (je les ai coupé par choix esthétique, juste pour préciser...).

    Quant aux savons, j'ai commencé par tester celui au miel - karité (le premier savon que j'ai acheté). Actuellement j'utilise  celui à la lavande. J'utilisais environ 5 ou 6 produits pour le corps et le visage : le gel douche ou la savonnette au lait d'ânesse, le lait hydratant pour le corps (post-douchem (; ), la lotion pour le visage, le nettoyant et le désincrustant toujours pour le visage, la crème pour les mains utilisées quotidiennement un peu n'importe quand dans la journée... Sans compter les démaquillants, les dissolvants (ben oui, je suis quand même une fifille...), les baumes  à lèvres... Bref, beaucoup de produits...

    Donc, pour revenir aux savons... Aujourd'hui j'ai un savon "multi-usages" : pour le corps, pour le visage. J'ai jeté mes crèmes et autres laits. Mes gels nettoyants, désincrustants, dégraissants ont également disparu. Vous n'imaginez pas la place que j'ai gagné.

    J'ai juste investi, pour le visage, sur un flacon d'huile de noyau d'abricot pour hydrater ma peau après le lavage au savon. Dû au savon ou à l'eau calcaire, je l'ignore, mais la peau qui tiraille ça va cinq minutes... alors bon, un flacon qui fait un peu tout, why not ?

    J'ai également investi sur un baume à lèvre confectionné par les soins d'Aroma Nature. Grande consommatrice de ces baumes, j'en met plusieurs fois par jour. Eh oui, quand on ne prend pas le temps de boire, les lèvres gercent facilement... Les baumes du commerce, je les ai tous essayés : Labello, Le Petit Marseillais, Mixa, des trucs fruités, des trucs pailletés, des trucs blancs, en pharmacie, en grande surface... Tous ! Le constat est le même pour chacun d'entre eux : je passe mon temps à me tartiner la bouche, et chaque application me déclenche une quinte de toux insoutenable et interminable...  

    Figurez vous qu'il y a dans ces produits de la paraffine. Cette substance qui empêche la perméabilité de la peau et la DESHYDRATE ! Autrement dit, quand vous pensez hydrater vos lèvres, vous les desséchez. Oh joie... Aroma Nature n'en utilise pas. Et je sens la différence : pas de toux, pas de gratouillis dans la gorge. Les applications sont moins fréquentes, et restent agréables. Je n'y vois que des avantages, pour le reste, à vous de juger.

    Bref, un grand plaisir d'utiliser ces produits.

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

    << Les protections périodiques :                     Retour à la rubrique                  Je veux faire >> ce n'est pas une fatalité !                                                                    MES yaourts... sans                                                                                                                   yaourtière !! 


    votre commentaire