• J'ai Testé

  • Il y a quelques temps déjà, la friteuse de ma môman s'est révoltée. Lassée d'être prise pour un sac d'huile, elle a généreusement recouvert table et carrelage d'une épaisse couche d'huile de tournesol. Youpi.

    Bref, la colère passée et les frites mangées (ben oui, c'est pas parce que madame fait un caca nerveux qu'on va arrêter de vivre !), le moment de tout nettoyer est venu...

    Par quel bout commencer ? mystère... Mais fort heureusement, je n'avais pas encore vidé le cendrier de la cuisinière à bois, au grand damne de la cuisinière en chaire !!

    Voici donc la solution miraculeuse, expliquée et illustrée par de magnifiques photos prisent par ma talentueuse mamounette adorée. Bande de petits veinards, va !

     

    Le Dégraiscendre© 


    Engrais, savon, lessive, la cendre est connue pour ses propriétés plutôt sympas et écolos.

    Face à une tâche grasse, la cendre permet d'absorber et de dégraisser la surface souillée.

    Afin de vous convaincre, laissez moi vous présenter la friteuse rebelle : 

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Le carrelage était bien imbibé, et contrairement à ce que montre la photo, la table était noyée. Bref, j'ai rapidement recouvert le tout de cendres de bois.

    Je laisse la cendre absorber l'huile du carrelage tandis que je m'occupe de celle sur la table.

    • Etape 1, je recouvre : 

            

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Soyez généreux. Il ne s'agit d'attendre que la graisse transperce la cendre, il faut vraiment qu'il y ait un matelas. Deux raisons à cela : premièrement, pour être sûr que TOUTE l'huile sera absorbée, et deuxièmement, parce que même si toute l'huile est absorbée avec peu de cendre, au moment où vous allez ramasser, ça va coller. Donc le surplus de cendre permettra d'éviter ce genre de désagrément.

     

    • Etape 2, je ramasse :

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Avec un sopalin ou avec la main, voyez la méthode que vous préférez. Perso, j'ai toujours aimé mettre les mains dans la cendre : c'est tout doux. Le but ici est de ramasser le plus de cendre grasse possible, et de la réunir en un tas bien soigné que vous pourrez ensuite jeter. comme vous pouvez le voir sur la photo 3, ma main n'est pas si grasse que ça, et c'est grâce à mon bon gros matelas de cendre ! L'intérêt est le même quand on ramasse au sopalin : si vous ne voulez pas en utiliser des tonnes, il vaux mieux éviter qu'il ne devienne trop gras dès la première utilisation : donc beaucoup de cendre ;)

     

    • Etape 3 : je nettoie

     

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Pour le final, nettoyez la surface avec une éponge, une lingette, votre langue, bref ce que vous voulez, il faut que ça brille !

     

     

    Mais, me direz-vous, et le carrelage dans tout ça ? Et bien le carrelage, il est entièrement recouvert de cendres depuis l'étape 1.

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Et maintenant, à l'instar de la table, il faut l'astiquer. Donc pour commencer, les joints. A la maison, on a la manie de conserver les brosses à dents usagées pour le ménage. C'est idéal pour frotter les joints car c'est généralement pile-poil la bonne taille. A vous de voir quel ustensile aura votre préférence.

    Ensuite, il suffit de nettoyer le sol, et finir en balayant la cendre. Un coup d'éponge, de lingette, de langue, et c'est plié.

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre" J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

    Bon, ne soyez pas surpris si vos joints sont un peu plus foncés là où l'huile a coulé. Les joints étant poreux, ils absorbent la matière grasse très vite. Pour vous donner un exemple, la friteuse a fuit en mai. Au moment où j'écris l'article (en septembre donc), la démarcation est toujours visible.

     

    BREF ! Voici comment recycler vos vielles cendres de cheminée et ainsi éviter tous les produits dégraissants plutôt chers et agressifs. 

     

    Le Dégraiscendre©, l'essayer c'est l'adopter !

    J'ai testé pour vous (1) : le "Dégraiscendre"

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !  

     

                                                  Retour à la rubrique               Les protections périodiques                                                                                                 sans plastique >>  


    4 commentaires
  • Et oui, la révolution du "plastic free" dans les munitions mensuelles, j'en parlais ici. J'en ai fait l'apologie, je l'ai crié sur les toits, mais maintenant, à bas le blabla ! Voici du concret, du vrai, du lourd (ou pas), rien que pour vous !

    ... J'ai testé... et comme dirai ce bon vieux Juju : "Veni, Vidi, Vici" !

    Voici donc mes conclusions. 

    Pour commencer, la différence de prix entre les serviettes classiques et les "sans plastique" n'est pas énorme. Je n'ai pas les factures sous les yeux, mais il faut compter environ 5 centimes, selon ce que vous prenez habituellement. 

    Point de vu confort, y a pas photo. Les "sans plastiques" sont carrément mieux que les classiques. Premièrement, il n'y a pas de parfum, et rien que pour ça, c'est le rêve : fini les bambinettes qui sentent plus fort que la bombe de déo. Alleluya !!

    Ensuite, il faut bien comprendre une chose. Quand on est une fifille avec une petite madeleine fragile, ben les serviettes classiques ont tendance à irriter. Et comment dire... Vous avez déjà passé une semaine complète avec une couche et une seconde avec l'impression d'avoir un cactus coincé entre les jambes à chaque pas ? Non ? Dommage, vous auriez compris ma douleur...

    Bref, avec les classiques, c'était sensation cactus assurée. Avec les "plastic free", c'est la liberté ! Fini les irritations qui s'éternisent... fini les irritations tout court d'ailleurs ! *Bonheuuuuuur...*

    Ensuite, une chose qui peut paraître bête mais qui a son importance : les serviettes classiques sont assez raides. Je veux dire que quand vous en mettez une neuve et que vous vous rhabillez, ben vous avez l'impression d'avoir une planche dans la culotte. Pas folichon question confort... Et bien avec les "sans plastique", cette sensation est révolue ! Youpiiiiii !

    Et bien sûr le meilleur pour la fin. Vous avez remarqué que depuis le début de cet article, je vous gratifie, en-veux-tu-en-voilà, de "sans plastique" et "plastic free" à tout va, mais que je n'ai pas du tout abordé la question ? 

    HAHAAAAA !!! ben voilà, je l'aborde. La magie du "sans plastique", c'est que l'on ne macère plus dans son sang et sa sueur. Et oui, on res-pire ! Du coup, le parfum (oh combien merveilleusement irritant) n'est pas nécessaire, car c'est la macération qui est à l'origine des mauvaises odeurs. Alors avec les "sans plastiques" ne masquent pas l'odeur du sang, c'est vrai. Mais en même temps, il est difficile de masquer quelque chose qui n'existe pas, non ?

    Bon vous voulez chipoter ? ok. Le sang menstruel a une légère odeur de rouille. Si si, c'est vrai. Mais franchement, à moins d'avoir le nez dessus, on ne sent pas. Alors qu'avec les classiques... Ouch...

    Bref, voilà pour mon rapport sur les protections périodiques sans plastique. Le prochain article, je vous parle des Plims. Parce que j'ai testé pour vous. 

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

     

    << Le "Dégraiscendre"                    Retour à la rubrique                       Le lait de vache >>                             


    3 commentaires
  • Allez-y, vous avez 10 secondes pour dire tout ce qui vous vient en tête quand je vous dis "lait de vache"... Tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac, tic-tac   ... STOOOOOP !! (quoi, ça fait pas 10 secondes ? alors vous avez lu trop vite, bandes de p'tits trichoteurs !)

     

    Si on fait le tour des réponses, je pense qu'on obtient des trucs du genre "s'ours 2 K le scie homme" *, blanc, clafoutis, os, bébé... Beaucoup de réponses donc, mais pas celle que j'attends.

    En fait, je vais vous parler du lait de vache, non pas pour ses qualités nutritives, mais plutôt pour ses qualités... démaquillantes.

    Parce que oui, le lait de vache, ça marche ! Et pour vous le prouver, j'ai photographié mes propres neuilles que j'avais soigneusement (et copieusement) maquillés pour l'occasion !

    J'ai testé pour vous (3) : le lait de vache

    Voici donc le coupable avant traitement. Ou plutôt après maltraitance (oui parce qu'il était tard et je me suis mis plusieurs fois le pinceau dans l'œil). Bon je suis pas une accro du pot de peinture, alors mon maquillage est généralement plus léger que ça, là j'ai forcé le trait exprès.

    Je me suis donc armée d'un coton démaquillant et d'une bouteille de lait fraichement sortie du frigo. Après avoir noyé mon coton, j'ai noyé mon œil, et quelques rotations plus tard, voici le résultat :

    J'ai testé pour vous (3) : le lait de vache

    Les petites brindilles ont laissé place à mes magnifiques et soyeux cils. Et je vous ferai remarquer que les paupières ne sont pas rouge d'irritation par le frottement, comme elles le sont quand j'utilise mon démaquillant oh combien joyeusement nocif. 

     

    Pour celles qui me diront "ouais, mais ton maquillage là, c'est peanuts. Moi quand je sors j'ai un coquard smoky eyes, et là c'est galère à enlever !", je leur répondrai simplement je ne suis pas mère Thérésa et qu'il m'arrive de me peinturlurer la face, et que le lait de vache efface mes ravages esthétiques aussi bien, et même mieux, que le démaquillant classique.

    Après, faut aussi faire des choix : souffrir pour se décaper le visage avec un produit dont le contenu est plus que nébuleux, ou se démaquiller tranquillement et sentir le lait de vache à trois kilomètres à la ronde (pas très glamour, je le reconnais...).

    Mais je vous le dis, l'avenir est là, dans votre frigo ! Suffit de piquer le lait du p'tit dernier !!

    Alors voilà, c'est court, mais c'est efficace ! Vous aussi tester le lait de vache, ça fait des miracles ! 

     

    Je décline toute responsabilité si on - famille, amis, conjoint - vous fuit parce que vous sentez le lait de vache...

     

    *source de calcium. Oui, j'ai vu le rébus sur un pot de yaourt de la cantine de l'école où je bosse et j'ai trouvé ça rigolo... Roooh, ça va hein !!

     

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

    << Les protections périodiques                   Retour à la rubrique                A bas les puces ! >>  sans plastique


    2 commentaires
  • ERREUR 404 : non j'rigole !

     

    Oups ! j'ai pas mis la recette ! hihihi, faudra attendre un peu, je l'ai pas sous la main !! affaire à suivre incessamment sous peu !

     

    Retour à la rubrique


    2 commentaires
  • Silencieuses, insidieuses, et affamées. Fléau carnassier s'abreuvant du sang des vivants. 

    Les puces.

    Vous l'aurez compris, je ne les porte pas dans mon cœur. Faut dire qu'elles préfèrent le dos de mon adorable vieux matou tout doux, tout rond et tout mignon ! Et pour cause, il est bien irrigué !

    Il y a deux mois, Mimi, féroce félin, Prince de la Montagne et Roi des quadrupèdes, fut assailli par les vampires les plus fourbes ! Des puces ! C'est qu'elles l'ont plumé poilé, le pauvre chéri ! Elles étaient tellement nombreuses qu'il y avait des petites crottes partout à la base de la queue, et plus beaucoup de fourrure pour le protéger du froid...

    Et comme rien n'est jamais simple avec lui, il est allergique aux anti-puces "conventionnels". Vous savez, ceux que l'on trouve facilement en grande surface et qui ne sont pas excessivement chers. Mais aussi ceux que l'on trouve en animalerie et qui coûtent un œil. Et puis ceux que prescrivent les vétos, et qui vous font perdre la main, ce qui pend au bout et ce qui la rattache au reste de votre personne.

    Du coup, l'impasse ! comment le traiter, lui qui contamine le chien et ma mère ? (oui parce que les puces adorent le sang de ma mère. Allez savoir pourquoi, quand elle le prenait elle se faisait mordre, quand je le prenais je ressortais indemne... hum... insulte à mon égard ? Il est si dégueu que ça mon sang ??)

    Alors après plusieurs heures à faire des recherches pendant le cours de stats, j'ai finalement trouvé un site qui donnait plusieurs recettes. Je ne peux malheureusement pas vous communiquer le site, il a été supprimé... MAIS j'avais noté UNE recette !! Veinards !

    RECETTE

    Alors pour 200mL de produit qui se conserve bien :

    • 4 cuillers à soupe de vinaigre de cidre
    • 30 gouttes d'huile essentielle de lavande type lavandula angustifolia (répulsif)
    • 20 gouttes d'huile essentielle de tea tree (répulsif)
    • 10 gouttes d'huile essentielle de giroflier (insecticide) /!\ pas clou de girofle, c'est pas exactement pareil /!\
    • compléter avec de l'eau de source

    La lavande a une action apaisante (inflammation, démangeaison), antiparasitaire et antiseptique, au même titre que le tea tree qui ajoute la mention "anti-poux" à son CV. Le giroflier est quant à lui un anesthésiant (célèbre chez les dentistes). Enfin le vinaigre de cidre calme les démangeaisons et favorise la cicatrisation des plaies occasionnées par les puces à l'appétit vorace.

    UTILISATION

    Pour l'environnement de l'animal (donc votre maison, son coussin, sa niche, bref tout ce qui est en contact avec lui. Vous compris.) : pulvérisation quotidienne. Il n' y a aucun risque pour les textiles (j'ai testé chez ma môman, ça n'a pas fait de dégâts).

    Pour l'animal : chiens et chats ne réagissent pas de la même façon. En effet, le chat ne peut évacuer rapidement les produits qui s'introduisent dans son sang (question d'enzyme qu'il ne sécrète pas). Aussi, pour votre chat, éviter de trop lui en mettre. Nous, on a opté pour une pulvérisation à la base de la queue une fois par semaine. Et comme le chien vit avec lui, il a eu la même punition. Cependant pour les toutous, vous pouvez aller jusqu'à deux pulvérisation à la base de la queue par semaine.

     

    On résume :

    • chat : 1 pulvérisation/semaine à la base de la queue
    • chien : jusqu'à 2 pulvérisation/semaine à la base de la queue
    • /!\ aucun contact avec les yeux, truffes et muqueuses /!\

     

    Pour l'éradication totale de la vermine, il faudra tout de même vous armer de patience. Cela prend du temps : une femelle pond après chaque repas entre 4 et 8 œufs...

    Enfin, en prévention, vous pouvez mettre une goutte d'huile essentielle de lavande à la base de la queue de l'animal (une fois par semaine, c'est suffisant). L'huile éloigne les parasites (puces, tiques, poux).

     Et ça marche aussi pour les humains ! Enfin derrière les oreilles, hein... 

     

     

    Je vous joins à ce billet une illustration que je trouve bien faite et qui explique le cycle de vie de la puce, ainsi que ses différentes formes :

    A bas les puces ! 1- puce adulte

     2- œufs de puce

     3- larve de puce

     4- caca de puce (oui bon, c'est pour illustrer que la larve mange les débris organiques...)

     5- nymphe

     6- retour au 1

     Enfin voilà, nous on est débarrassées. Je vous laisse mijoter ces informations, concocter vos potions. En attendant, voici un petit poème, une ode à la puce :

     

    La Puce

    Puces, amis, amantes même,
    Qu'ils sont cruels ceux qui nous aiment !
    Tout notre sang coule pour eux
    Les bien-aimés sont malheureux.

    (Guillaume Apollinaire, Le Bestiaire d'Orphée)

     

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

     

    << Le lait de vache                  Retour à la rubrique                Les Plims (et le fiel de boeuf) >>


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique