• Le formaldéhyde est un conservateur dénaturant d'origine synthétique. Dénaturant parce que son job c'est de détruire la conformation des molécules cibles, en outre, les bactéries (ben oui, c'est un conservateur quand même...) afin de les rendre totalement "inoffensives". C'est également un anti-parasitaire/pesticide, ou plus simplement un biocide (cide=tuer, bio=vie, que de réjouissances, n'est-ce pas ?).

    Légalement, le formaldéhyde n'est présent "que" dans les vernis (et pas que pour les ongles...). Cependant, il est tout à fait possible d'en retrouver, sous la forme de "libérateurs de formaldéhyde", dans les bois recomposés (l'agglo), le plâtre, la literie, le stratifié, ou encore la fumée de cigarette.

    Je vous vois venir d'ici... Libérateurs de formaldéhyde, késako ? et pis qu'est-ce tu nous chantes là de formalmachin dans le matelas ?

    Prenons les choses dans l'ordre, voulez-vous ? Tout d'abord, je termine avec le formaldéhyde, et puis je passe à la libération, promis.

     

    1.  Le formaldéhyde

    Le site de l'INRS met à la disposition de tous une brochure sur le formaldéhyde. Je vous mets en lien la page du site, et non la brochure à télécharger au format PDF, car sa diffusion est payante (je ne suis qu'une modeste étudiante. Et puis je suis radine. Et puis si vous le voulez vous le prenez, et pis voilas ! Le formaldéhyde : écaillons le vernis !).

    Voici en bref, ce que raconte cette brochure : 

     

    • Définition et utilisation

    A la base, le formaldéhyde est un "gaz incolore à l'odeur âcre et suffocante" particulièrement inflammable si trop concentré. Sous forme liquide on appelle cela du formol, sous sa forme solide il s'agit alors de polymère ou trimère (=trioxane).

    Ses emplois sont aussi variés que les domaines concernés (de l'industrie du bois à celle du textile en passant par l'agroalimentaire et le milieu hospitalier).

    Dans le secteur du bois, il peut-être utilisé sous forme de résine dans des panneaux en agglo par exemple, mais également dans les matériaux isolants comme la mousse. Dans l'industrie textile, il est plutôt employé à la création de tissus ignifugés, infroissables (comme un quoi un peu de repassage, c'est pas si mortel que ça !) ou imprimés. Le formaldéhyde est également présent dans les agents de tannage du cuir. Il apparaît également dans le traitement des eaux.

    L'éthylène glycol, l'acide nitriloacétique (présent dans les détergents) sont synthétisés à partir du formaldéhyde.

    En temps que biocide, le formaldéhyde est utilisé en milieu hospitalier et dans les industries agroalimentaires et textiles comme désinfectant. On l'utilise aussi en taxidermie et pendant les embaumements, mais ça vous vous en fichez peut-être un peu ?

    Sachez enfin qu'il entrait dans la composition de certains médicaments. Je dis cela au passé, car après recherche, il semblerait que les médicaments aient été retirés du marché pharmaceutique. Je garde cependant une grosse réserve sur cette information, mais il est à préciser que le document de l'INRS date de 2008 tout de même.

     

    • Implications sur la santé

    Bien que le formaldéhyde soit naturellement présent dans l'organisme (on le produit, c'est pour vous dire !), son utilisation massive dans les différents milieux professionnels en font une substance dangereuse. En effet, ce qui a tout d'abord été soupçonné, semblerait être enfin confirmé : le formaldéhyde est cancérogène, allergisant et irritant.

    L'ANSM inscrit ceci sur son site : "Par voie respiratoire après exposition chronique chez l’homme, le formaldéhyde est cancérogène au niveau du nasopharynx. Il est également suspecté dans la survenue de leucémies, de cancers des sinus et de la cavité nasale. Par ailleurs, il peut induire des irritations oculaires et respiratoires ou provoquer des eczémas de contact."

     

    Je trouve en revanche très intéressant de préciser qu'une étude, "Le formol à l'hôpital : utilisations, risques, recommandations" a été publiée en octobre 2008. (Pour les curieux, les informations données ci-après se trouvent pages 11 et 12 de l'étude téléchargeable en format PDF.

    Elle fait mention de la classification du CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer) dans laquelle, en 2004, le formol est rangé dans le groupe 1, autrement dans le groupe des substances cancérogènes pour l'homme. Non pas "probablement cancérogène", mais "cancérogène".

    Juste en après, il également mentionné la classification européenne, donnée sans date (juste pour préciser...), et dans laquelle le formol se situe cette fois dans la catégorie 3, je cite : "Substances et préparations préoccupantes pour l'homme en raison d'effets cancérogènes possibles mais pour lesquelles les informations disponibles sont insuffisantes pour classer ces substances et préparations dans la catégorie 2".

    Pour information, voici en quoi consiste la catégorie 2 :"Substances et préparations pour lesquelles il existe une forte présomption que l'exposition de l'homme à de telles substances et préparations peut provoquer un cancer ou en augmenter la fréquence."

    On passe donc d'une substance cancérogène avérée à une substance dont la nature peut éventuellement impliquer la supposition que peut-être il est possible d'envisager un hypothétique effet cancérogène, mais alors vraiment c'est pas sûr du tout, hein.

    Halala, que c'est beau le lobbyisme européen... Le formaldéhyde : écaillons le vernis !

     

    Voilà pour la première partie des formaldéhydes. La suite portera donc sur les libérateurs. Soyez patients, elle est en préparation !!

     

    Vous en avez marre de faire le guet à l'affut d'un nouvel article ? Inscrivez-vous à la Newsletter, et restez informés des dernières parutions !

     

    << Les parabens, quelle aubaine !                    Retour à la rubrique           Endoc(t)rinement >>


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires